Découvrir la spiruline

La spiruline artisanale existe t-elle vraiment ?

Quand on mange de la spiruline, on a généralement envie de consommer un produit le plus sain et le plus naturel possible. Les consommateurs de spiruline sont particulièrement attentifs aux filières courtes, à l’éthique de production, à sa qualité. Quoi de plus logique que de se précipiter vers la notion de spiruline « artisanale ». Attention cependant, c’est un raccourci utile mais qui a ses limites.

Un de nos bassins de spiruine en France : spiruline agitée lors de la culture

Producteurs artisanaux contre producteurs industriels

C’est un fait dans le monde de la production : il y a une distinction énorme entre des productions artisanales et des productions industrielles.

Une philosophie de production diamétralement opposée

Les artisanaux sont généralement des agriculteurs (algoculteurs !) indépendants travaillant seuls ou en famille, ou encore des fermes humanitaires, fondées pour offrir à titre gratuit ou à prix solidaire de la spiruline à des populations vulnérables (orphelins, nouveaux-nés malnutris, malades du SIDA…). La logique n’est généralement pas la même que ces grosses exploitations productivistes de Chine ou des États-Unis, grosses entreprises parfois cotées en bourse, qui travaillent la spiruline comme s’il s’agissait d’un produit générique, sans côté humain bien affirmé. Le consommateur n’est jamais en contact avec le producteur industriel, mais toujours avec un revendeur, souvent très loin du monde de la production et qui vend de la spiruline comme il vend des gélules d’extraits les plus divers, sans connaissance profonde du produit, allant souvent vers le fournisseur le moins cher, et sans attachement au produit en tant que tel.

Comment reconnaître un produit de bonne qualité ?

En termes de qualité, il y a des bons artisans et des mauvais artisans, c’est une évidence, et il y a aussi des bons industriels et de mauvais industriels. Pour savoir si le produit final est de bonne qualité, il faut donc le goûter et en consulter les analyses :

  • Est-il aux normes européennes en matière de bactéries et de métaux lourds ?
    Les exploitations artisanales sont les premières à faillir à ces normes, par manque de système de gestion de la qualité. Beaucoup de spirulines génériques tendent aussi à avoir des problèmes, mais l’absence de transparence sur la filière ne permet pas de savoir s’il s’agit un problème au niveau des sites de production ou bien de revendeurs peu scrupuleux faisant passer des spirulines déclassées ou de piètre qualité (aquacole par exemple) sur un marché auxquelles elles ne sont pas destinées, celui de la consommation humaine.
  • Est-il proprement séché avec un produit fini parfaitement sec ?
    Un produit parfaitement sec (dont le taux d’humidité est inférieur à 6%) est à l’abri de développement bactérien supplémentaire et de pertes nutritionnelles ? Il arrive souvent dans les fermes françaises que ce ne soit pas le cas. C’est par contre rarement un défaut des fermes industrielles, lesquelles ont au contraire la tendance à sécher de façon extrêmement violente, quitte à détruire l’essentiel des nutriments du produit, dans une logique de production à haute vitesse et zéro risque.
  • Le goût est-il agréable ?
    Un goût fort n’est pas un bon signe en terme de qualité du produit. Et à ce titre, une gélule cache le plus souvent un produit infect qui serait inutilisable sous forme de poudre…
  • Quel est le taux de phycocyanine de la spiruline ?
    Ce pigment bleu antioxydant est l’un des meilleurs indicateurs de la transformation de la spiruline : alors que le produit frais en contient autour de 25% du poids brut, une transformation hyper-agressive en milieu industriel peut faire tomber ce taux à moins de 1%, ce que nous avons constaté sur certains échantillons provenant de Chine et de Thaïlande, tandis que les meilleurs industriels sont à entre 5 et 15% ; des mauvais artisanaux tombent à 6% de phycocyanine, des artisanaux médiocres tournent à 8-10%, tandis que les meilleurs, tels que les nôtres, montent jusqu’à 18-25% !
  • Quelle est la forme de la spiruline ?
    Nous recommandons des formes alimentaires : paillettes, cristaux, flocons, confettis, poudre concassée… Les formats galénique type comprimés ou gélules sont liés à des processus industriels dommageables pour la qualité du produit et cachent le plus souvent une spiruline de moindre qualité. Si un vendeur ne vend que des comprimés, gélules ou poudre fine, vous pouvez être sûr que sa spiruline est industrielle, séchée par atomisation. Par ailleurs, la consommation de la spiruline artisanale est plus aisée : une cuillère à café à avaler, au-lieu de 6 à 8 comprimés ou gélules quotidiennes.

Artisan-spirulinier : une appellation qui n’existe pas

La notion d’artisan est quelque chose qui paraît relativement facile à définir et pourtant en réalité, il s’agit d’une appellation contrôlée. Presque tous les petits producteurs se targuent de leur spiruline artisanale. Difficile de leur reprocher : c’est vraiment ce qu’on entendrait par spiruline artisanale et nous n’avons jamais constaté d’abus de ce côté là, contrairement à la mention spiruline bio ou la mention spiruline séchée à basse température.

Mais en réalité, une spiruline artisanale serait une spiruline produite par des artisans-producteurs. Et comme le définit la Loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat – Article 21 – III. – « Seuls des artisans, des artisans d’art, des maîtres artisans ou des personnes morales inscrites au registre du commerce et des sociétés dont le dirigeant social a la qualité d’artisan ou d’artisan d’art pour l’activité en cause peuvent utiliser le mot : – « artisan » et ses dérivés pour l’appellation, l’enseigne, la promotion et la publicité de l’entreprise, du produit ou de la prestation de service. – L’emploi du terme : « artisanal » peut être en outre subordonné au respect d’un cahier des charges homologué dans des conditions fixées par décret, qui détermine les principes essentiels du caractère artisanal de l’activité considérée. »

La liste des métiers couverts est très limitée (ne couvrant même pas celui de chocolatier !), il n’y donc pas à strictement parler d’« artisan-spirulinier » ou de « spiruline artisanale » sur le marché. En pratique, attention donc : la mention « spiruline artisanale » étant techniquement utilisée hors du périmètre de la loi, elle peut être abusivement utilisée sur une spiruline aux antipodes de l’artisanat.

Charly Margain

À propos de Charly Margain

Fondateur de Gourmet Spiruline, Charly Margain a découvert la spiruline en 2009 et s'est formé chez le premier producteur de spiruline artisanale de France, en Provence. Son stage devait durer un mois, il y est resté deux ans. Dans sa volonté de développer le commerce équitable en phase avec ses valeurs, il créa en 2011 Spiruline sans Frontière, devenu Gourmet Spiruline en 2015. En 2011, Charly Margain remporte le prix de l'innovation économique, Spiruline sans Frontière recevra le trophée pour l'engagement de la marque pour son développement éthique et durable.

Pour aller plus loin...